bardeau

bardeau

1. bardeau [ bardo ] n. m.
• 1359; p.-ê. de 2. barde bardot
Petite planche clouée sur volige employée dans la construction, surtout pour remplacer tuiles et ardoises dans la couverture des maisons. Des chalets « aux toits soigneusement couverts de bardeaux polis par la pluie, qui brillent comme de l'argent » (Ramuz). aisseau, région. tavillon. ⊗ HOM. Bardot. bardeau bardot [ bardo ] n. m. VAR. bardeau
• 1367; ar. barda'a « selle » et « bât »; it. bardotto « bête qui porte le bât » barda, 2. barde
Petit mulet, produit de l'accouplement du cheval et de l'ânesse. ⊗ HOM. Bardeau.

bardeau nom masculin (peut-être de barde, selle) Tuile de bois pour toiture et pour bardage vertical. Cette même tuile en matériau synthétique ou aggloméré. Chacune des planchettes refendues que l'on pose sur les solives pour recevoir un carrelage. ● bardeau (homonymes) nom masculin (peut-être de barde, selle) bardot nom masculinbardeau (synonymes) nom masculin (peut-être de barde, selle) Tuile de bois pour toiture et pour bardage vertical.
Synonymes :
bardot ou bardeau nom masculin (arabe barda‘a, couverture de selle, par l'intermédiaire du provençal bardo, bât) Hybride du cheval et de l'ânesse, ressemblant plus au cheval qu'au mulet, mais possédant le caractère de l'âne. Petit mulet qui, en tête de la troupe, porte les provisions du muletier. ● bardot ou bardeau (homonymes) nom masculin (arabe barda‘a, couverture de selle, par l'intermédiaire du provençal bardo, bât) bardeau nom masculin

bardot ou bardeau
n. m. Hybride issu d'un cheval et d'une ânesse.
————————
bardeau
n. m. Planchette mince et courte utilisée pour le revêtement des façades et des toits. Syn. (Suisse) tavillon.
|| (Québec) Matériau à base d'asphalte pour le revêtement des toits, en feuilles imitant la forme de cette planchette.
|| Latte de bois posée sur des solives, pour recevoir un carrelage.
————————
bardeau
n. m. V. bardot.

⇒BARDEAU, subst. masc.
A.— ARCHIT. Planchette de chêne, hêtre, châtaignier ou sapin en forme de tuile qui sert dans certaines régions à la couverture des toitures ou à la protection des murs exposés aux intempéries :
... les toits lourds couverts de bardeaux projettent en avant leur carapace épaisse et garantissent, autant que faire se peut, des pluies fréquentes, les croisées étroites de ces habitations semblables à des coques d'escargot.
GOBINEAU, Nouvelles asiatiques, La Danseuse de Shamakha, 1876, p. 12.
Région. et fam. Il lui manque un bardeau. ,,Il a le timbre fêlé, brouillé, le cerveau dérangé`` (Canada 1930).
B.— P. méton.
1. MINES. Cloison séparant deux chambres d'exploitation. [Une] cloison ou bardeau [est] à ménager entre deux chambres successives (J.-N. HATON DE LA GOUPILLIÈRE, Cours d'exploitation des mines, 1905, p. 339).
2. NAVIGATION FLUVIALE. ,,Train de bois flotté de petites dimensions`` (GRUSS 1952)
3. TYPOGR. ,,Grande casse profonde, destinée à recevoir certaines sortes de caractères neufs ou le trop-plein des casses après distribution`` (COMTE-PERN. 1963).
Prononc. :[]. Étymol. et Hist. 1. 1358-59 constr. « planche mince empl. pour couvrir les toits » (Comptes municipaux de Tours, éd. Delaville-Le-Roulx, I, 141 dans BARB. 15, n° 4 : Pour porter late et bardeau au portail de la Riche); 2. 1803 arg. typogr. (BOISTE). Orig. obsc. L'hyp. couramment proposée d'une dér. de barde « selle » (FEW t. 19, p. 23) suppose le sens de « planche » directement issu de celui de « selle » (ce dernier impliquant une idée d'étroitesse et de minceur), étant donné que bardeau au sens de « armure faite de lames de fer » est seulement attesté au XVe s. L'hyp. d'un étymon germ. (BARB. Misc. 15, n° 4) représenté par le m. néerl. bert, bart « planche, panneau, plaque de bois » [VERDAM] suppose l'existence d'une forme d'a.fr. intermédiaire non attestée bard « planche » d'où serait dér. bardeau. Les représentants de bard dans le domaine gallo-rom. ne révèlent jamais le sens « planche de bois », mais régulièrement celui de « boue; dalle à paver », et sont principalement issus du domaine prov. : a. prov. bart « boue, limon, bauche; dalle à paver » (LEVY, Petit dict. prov.-fr., 3e éd., 1961), m.fr. barder « paver » (1427 dans GDF.); ils semblent sans rapport avec bardeau (FEW t. 1, p. 263b, s.v. barrum « limon »). Il reste que la selle, aussi bien que la dalle à paver, comme le bardeau, servent à couvrir, et que dans le cas de l'hyp. d'un étymon germ. on se réfère aussi au domaine du bâtiment. Même objection sur le plan sém. à l'hyp. du EWFS2, selon laquelle bardeau serait dér. d'un a.fr. bard (dont l'existence est fondée sur les mêmes témoins que dans l'hyp. précédente), issu lui-même du lat. vulg. bardum, d'orig. gaul. L'hyp. d'un étymon a.nord. bardi « sorte de navire » [DE VRIES Anord.] proposée par De Gorog (The Scandinavian Element in French and Norman, 1958, p. 64, n° 5) ne peut convenir du point de vue sém. que pour le sens « train de bois flotté » (Lar. 19e) qui est attesté bien trop tard pour remonter à cette origine. Fréq. abs. littér. :16.
BBG. — DE GOROG 1958, p. 64.

bardeau [baʀdo] n. m.
ÉTYM. 1359; orig. obscure, p.-ê. de 2. barde, et du rad. bard- exprimant l'écartement (Guiraud).
Technique ou régional.
1 Petite planche clouée sur volige employée pour couvrir certaines constructions, en particulier pour remplacer tuiles et ardoises dans la couverture des maisons. || Un toit de bardeaux. 2. Aisseau, essente, tavaillon, tavillon (Suisse).
0 (…) un toit en colombage que les ans ont fait plier, dont les bardeaux pourris ont été tordus par la pluie et par le soleil.
Balzac, Eugénie Grandet, éd. 1838, p. 25.
Planchette en bois supportant l'aire d'un plancher et posée en travers sur les solives.
Cloison entre deux chambres, dans une mine.
Petit train de bois.
2 Imprim. Boîte servant de réserve de caractères. Casse.
HOM. Bardot.

Encyclopédie Universelle. 2012.

См. также в других словарях:

  • bardeau — BARDEAU. s. m. Petits ais minces et courts, dont on couvre les maisons, et dont on se sert à divers autres usages. Un millier de bardeaux. Une maison couverte de bardeau. Acheter du bardeau …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • bardeau — Bardeau. s. m. Petits ais minces & courts, dont on couvre des maisons, & dont on se sert à divers autres usages. Un millier de bardeau. une maison couverte de bardeau …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Bardeau — (fr., spr. Bardoh), so v.w. Maulesel …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Bardeau — bardeau, bardot nm barrage en travers d un cours d eau Anjou …   Glossaire des noms topographiques en France

  • bardeau — à couvrir maisons et aisselles, Scandula, scandulae …   Thresor de la langue françoyse

  • Bardeau —  Pour les articles homophones, voir Bardot et Bardo. Bardeaux entourant une fenêtre de la façade arrière de la villa Déramond Barre, à Saint Denis de la Réunion …   Wikipédia en Français

  • bardeau — (bar dô) s. m. 1°   Ais mince et court dont on se sert pour couvrir les maisons. 2°   Petit train de bois. HISTORIQUE    XVIe s. •   Il pousse son cheval à grand force sur un bardeau ou bastardeau fait à travers la rivière pour retenir l eau, D… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • BARDEAU — s. m. Il se dit de Petits ais minces et courts, dont on couvre les maisons, et qu on emploie à divers autres usages. Un millier de bardeaux. Une maison couverte de bardeau. Acheter du bardeau …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • bardeau — nm., éclisse, aisseau, ais mince, planchette de bois éclaté, essandole, (tuile en bois de 40 à 45 cm. de long et 10 à 12 mm d épaisseur pour couvrir les toits ; elle est clouée aux deux extrémités sur des lattes) : BARDÔ (Manigod, Villards Thônes …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • BARDEAU — n. m. Petite planche mince et courte, employée dans les constructions, surtout pour couvrir les maisons. Il se dit, en termes d’Imprimerie, d’une Boîte spéciale dans laquelle les caractères sont mis en réserve …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»